Orkode

Les meilleures idées nous viennent sous la douche !

A vrai dire, pendant des années, je n'ai pas pu prendre une douche tranquille...

Et oui, je suis le parent qui répond à toutes les questions… Shampoing sur la tête, je suis priée de savoir où sont cachées les baskets, le doudou, les chaussettes préférées de mes filles… et cela même si leur père est à 1m d’elles c’est à moi qu’elles viendront demander...

“Prendre une douche tranquille” je pense être passée pour une folle le jour où j’ai répondu ça à un ami qui me demandais ce que je préferrais pendant les vacances scolaires!

Ce qui est passé pour une blague n’est pas si anodin en réalité. Je sais maintenant que la douche me permet libérer mes pensées. D’ailleurs, je me suis parfois vue sortir de la douche rapidement pour noter un truc à ne pas oublier...

Mais ce n’est jamais aussi simple que ça. Il ne suffit pas de prendre une douche pour avoir une bonne idée💡.

Des chercheurs du National Institute of health ont essayé en 2012 de savoir si “la douche” que l’on peut remplacer par “une petite marche” ou “une improvisation musicale” était le moment idéal pour voir émerger les bonnes idées.

Charlie danger

Ils ont mesuré l’activité cérébrale de musiciens faisant des improvisations.

Ce faisant, ils ont découvert que certaines zones cérébrales étaient favorisées au dépend des autres.

Quand nous sommes en mode créatif, les parties du cerveau que nous utilisons le plus fréquemment sont en pause et nous activons d’autres parties plus rarement en activité.

Pour être précis, ces artistes en pleine activité créatrice utilisaient plus le cortex préfrontal médian que les autres parties du cerveau.

A l’inverse, le cortex préfrontal dorsolatéral qui régit les décisions est mis en sourdine pour laisser la place aux réponses plus émotionnelles, plus libres.

Ok, mais quel rapport avec la douche?!


Quand on fait une activité comme se laver ou marcher, nous “posons le cerveau” c’est à dire que nos gestes sont automatiques ce qui laisse la place aux pensées libres et donc à la créativité.

Deuxième facteur en faveur de la douche, le plaisir que l’on retire d’une bonne douche permet la libération de dopamine. Or, plus ce neurotransmetteur est libéré, plus la créativité est intense.

Enfin, quand nous sommes sous la douche, à contrario avec le reste du temps, nous ne sommes pas fixés sur un objectif, nous sommes distraits.

C’est une des raisons pour lesquelles, les professeurs disent à leur étudiants de lire les sujets de contrôle en entier avant de commencer à y répondre. Ainsi, le cerveau commence à travailler sans que l’on s’en rende compte.

Et je sais, aucun lien avec la douche 😉…

Pour résumer : arrêter d’être dans le contrôle (ou être en mode relax) + une bonne dose de dopamine + de la distraction = idée wahou!

Darwin


La réalité c’est que c’est un bon combo mais il manque un élément essentiel…

Nous sommes les produits de notre environnement et de notre entourage.

Je m’explique. Quand j’ai l’impression d’avoir l’idée novatrice de ma vie, de l’année, du jour, c’est surtout que j’ai connecté un tas d’idées qui font “pop” à ce moment-là…

Il faut savoir qu’une idée n’est jamais isolée, elle est une partie d’un réseau. Une re-construction ou un remaniement de vieilles idées d’une manière nouvelle.

Steven Jonhson dans son excellent TedX (encore, je sais…) montre que dès le 17ème siècle les gens se rencontraient au café pour échanger et phosphorer, se battre éventuellement pour de nouveaux concepts et de nouvelles idées…

Il soutient que plus les gens sont différents et l’environnement chaotique, plus les pensées nouvelles peuvent émerger.

Notre “eurêka” n’est donc pas une fulgurance de génie (désolée) mais plutôt le résultat de la lente maturation de tout ce que nous vivons au jour le jour, des échanges que nous pouvons avoir avec les autres

C’est triste mais les confinements et l’éloignement des gens les uns des autres vont finir par émousser notre créativité…

Les réunions zoom c’est sympa mais nous devons continuer à nous rencontrer à la machine à café, à déjeuner et triturer des idées entre amis ou entre collègues.

Dans le cas contraire, nous risquons de perdre tout ce qui fait de nous des être à part et créatifs.

En attendant, c’est très simple d’avoir plein d’idées : on discute, on s'énerve, on se fâche, on est pas d’accord, mais on COMMUNIQUE! Et après, il faut laisser notre cerveau faire le reste du job sous la douche 😅!

Facile, non?

Amélie - 06 novembre 2020

Pour aller plus loin

Nous suivre sur Instagram
La communauté sur Facebook
L'actu sur Twitter
Et la Newsletter pour garder le contact !